top of page

Empreintes de naissance : l'impacte de la conception sur la vie de l'adulte

Dernière mise à jour : 21 nov. 2022

Comment l'instant de la conception va informer les premières cellules.

Quel impacte cela peut-il avoir dans nos vies ?



L’influence sur nos vies des circonstances dans lesquelles nous avons été conçus.


Il y a quelque temps, j’avais fait paraître un article sur les empreintes de naissance qui a intéressé bon nombre d’entre vous.

Pour faire suite à cet article, je propose ici de faire un focus sur un élément peu connu du grand public : l’influence sur nos vies du moment où nous avons été conçus : Quand le spermatozoïde de papa rencontre l’ovule de maman.

Non bien sûr, ces deux protagonistes sont innocents dans leur fonctionnement.

Ce qui l’est moins, c’est ce qui se cache dans les jeux humains : les attentes et les états d’esprit, les conditions, les circonstances. Et pour compléter le sujet, je parlerai aussi des attentes des arbres généalogiques, du plan intergénérationnel.

Il serait agréable de penser que nous avons été conçus en conscience, avec amour, que notre venue était une bénédiction, que le monde à ce moment-là se portait bien, et tout le clan se réjouissait de notre venue au monde. Bref, qu’à ce moment précis, dans nos cellules en voie de formation, nous étions en état de recevoir toutes les informations qui seraient pour nous de solides bases pour notre épanouissement, notre réalisation !

En étant réalistes, ce cadre-là, ne fait pas partie de la majorité des cas. En fait, c’est plutôt le cas rare. Donc autant en savoir plus sur le sujet, car les circonstances de conception touchent les fondements de notre être et ont influencé notre façon de nous percevoir et de percevoir la vie.

Dieu merci ! La vie étant bien faite, rien n’est irréversible.

Une expérience quelle qu'elle soit, avec l’accompagnement ou sans l’accompagnement d’un thérapeute peut déboucher sur des prises de conscience, une avancée vers plus d’authenticité, de réalisation, un nouveau chemin.

Je vous invite donc à découvrir quelques exemples en fonction des divers thèmes énoncés plus haut.

Les attentes et les états d’esprit :

Imaginez ici que l’un des parents, voire les deux, au moment de la conception fantasment sur l’idée d’avoir une fille, car il ou elle pense qu’une fille c’est doux, sensible… (Selon leur croyance)

Imaginez qu’en fait ils aient un garçon. Même si, par la suite, le fait est bien vécu, il ne restera pas moins une empreinte de ce désir de fille dans les premières cellules du corps.

Imaginons que les choses se passent encore moins bien, et qu’ils y aient une déception à l’arrivée du nouveau-né, eh bien, celui-ci aura un double marqueur. Il n’était pas « l’attendu » et il enregistrera la déception de ses parents. Peut-être que cet être portera toute sa vie la sensation de n’être jamais à sa place, de déranger, d’être inopportun, de ne pas être dans la bonne peau !

Imaginons que la rencontre sur « l’oreiller » soit un enjeu manipulateur pour l’un des parents.

Quelle sensation les premières cellules enregistreront-elles ? Et si je pousse plus loin, quelle sensation l’âme qui s’incarne va-t-elle enregistrer ?

Imaginons ici, qu’un des parents projette de s’unir à son partenaire dans le but d’avoir un enfant pour le retenir.

Comment se sentira le bébé plus tard, que vont enregistrer les cellules ?

L’enregistrement pourra être celui-ci : je suis un instrument, je n’ai pas d’existence propre, je ne suis pas aimé pour moi, je n’existe que dans le cadre où je dois faire…

Plus tard, cela peut donner des personnes qui ont un poids énorme sur les épaules : celui de faire tenir le mariage de leurs parents.

Imaginez si malgré tout au bout d’un certain temps ceux-ci se séparent. L’effondrement de celui qui était censé les réunir risque d’être au rendez-vous.

J’ai pu rencontrer un cas où les parents avaient une profonde aversion l’un pour l’autre. Et dans ce cadre-là, ils avaient conçu un enfant. Cette personne qui a résultée de cette rencontre, s’est perçue toute sa vie, de l’enfance à l’âge adulte, comme étant répulsive vis-à-vis des autres, indigne de recevoir de l’amour et elle a fait ce qu’elle pouvait inconsciemment, pour s’éloigner des autres.

Si l’enfant créé n’est pas le bien venu, s’il n’est pas désiré… si en plus s’ajoute par la suite, une fois la révélation de son existence faite, un rejet de la mère, ou du père, va venir la sensation d’illégitimité, voire de non droit à la vie. En découlera une vie d’auto sabotage.

Les circonstances :

Être conçu en temps de guerre ou dans un moment florissant de l’histoire de son pays, de sa région, ce n’est pas la même chose n’est-ce pas ?

Naître dans une famille anxieuse du lendemain, ou qui n’a pas de temps pour accorder de l’espace au nouvel arrivant ne sera pas sans conséquence.

Les tentions ou les joies vécues, ressenties par les parents, les proches vont créer une ambiance qui va là aussi influencer la conception du futur bébé. Et les circonstances vont aussi influencer toute la gestation du futur enfant qui deviendra à son tour un adulte sous « influence ».

Si les parents conçoivent un enfant alors qu’ils ont des soucis financiers, cela influencera forcément l’enfant et le futur adulte se sentira probablement en stress de peur de manquer, ou se limitera toute sa vie, par peur inconsciente d’enlever le pain de la bouche des autres…

Si la conception est un accident : combien d’accident devra créer le futur adulte avant d’accueillir la façon dont il a été conçu ?

L’influence des attentes de l’arbre.

Le moment de la conception compte aussi dans le décodage des influences des arbres généalogiques. Vous pouvez être en lien avec des personnes de votre clan par cette date aussi.

Un lien qui peut vous demander de porter un espace en relation avec une autre personne, car celle-ci n’a pu résoudre son problème ou celui d’un autre membre du clan.

Cela peut être un lien par date de décès de quelqu’un d’autre qui va ici indiquer une demande de faire perdurer à travers quelqu’un d’autre la vie de celui qui est parti…

Tout ceci n’est pas exhaustif…

Il semble difficile de pouvoir remonter le temps jusqu’à ce moment-là, celui de la rencontre entre le spermatozoïde de papa et l’ovule de maman.

Mais, il existe des techniques qui permettent à une personne de ressentir ce qui s’est passé à ce moment-là et comment se sentaient les protagonistes, l’état d’esprit dans lequel ils étaient.

Ces techniques peuvent être proposées dans le cadre d’un accompagnement avec un(e) thérapeute formé à ce type de techniques, dont je fais partie.

Je mets complètement de côté ici, les accompagnements de type voyance, intuition, canalisation pour ces cas-là.

Je ne critique pas ces services, étant moi-même canal et me servant de l’intuition pour accompagner mes clients dans certains cas, mais il est important ici que la personne concernée vive ce qu’elle a à vivre et devienne son propre libérateur. C’est le consultant (e) qui doit ressentir, conscientiser, libérer ses cellules, pas l’accompagnant.

J’entends souvent dire par certaines personnes qui œuvrent sur elle qu’il leur semble avoir déjà approfondi, nettoyé, conscientisé certaines choses qui malgré tout se répètent.

Si c’est votre cas, il est bon de se pencher sur le tout début de votre création, sur les premières empreintes, celles qui devraient être apaisées en premier…

Si vous vous entendez dire « c’est plus fort que moi, je n’y arrive pas », alors allez voir du côté de la psychogénéalogie. Vous y trouverez la réponse attendue. En fait ici, le problème ne vous appartient pas. Il est celui d’un aïeul. Là encore, les solutions de libération existent.

Nous existons simultanément sur plusieurs plans. Si nous ne voyons qu’une seule résolution sur un plan par rapport à un problème donné, nous ratons, tous les autres plans. Alors, la vie dans son intelligence nous remet le problème sur notre route pour que nous allions le visiter sous un autre angle, un autre plan. Et c’est très logique. Ce que nous pouvons voir, comprendre, conscientisé, dépend de notre niveau de conscience. Plus celui-ci grandit, plus nous pouvons aller visiter les autres angles qui à leur tour feront grandir notre niveau de conscience et ainsi de suite.

Alors, ne vous découragez pas. Pas à pas, vous avancez vers la personne que vous êtes réellement. Et le chemin parcouru reste et restera votre œuvre.


E. C

21 vues0 commentaire
bottom of page