Un esprit de la nature m'a dit :


Paroles d’un esprit de la nature

Voilà, j’ai commencé mon dimanche par une promenade avec ma chienne et sur le chemin, je me posais des questions, tout en respirant l’air frai.

Des questions sur quoi ?

Sur l’amour et la capacité que nous avons de refuser de le recevoir....Je ne parle pas ici, de l’amour du conjoint, conjointe, parents amis.... mais de l’amour Universel...

Ho la !! Qu’est-ce donc que cette “chanson” me direz-vous ? C’est la chanson que tous les humains chantent, car on ne se trouve jamais assez aimable, méritant et autre, pour avoir le cœur à se laisser aimer par la vie. OUI ! J’ai bien dit la vie, comprenez aussi par là : par le vivant.


Je me suis laissée aimer ce jour là par la vie. Cela arrive souvent quand on se met à regarder la beauté des choses aussi simples que les feuilles des arbres, quand vous sentez la brise sur votre joue, quand vous lorgnez et restez scotché sur un rayon de lumière....

Je n’étais pas seule ce jour là... J’étais en compagnie d’un esprit de la nature de la famille des nains... entre autre...

Oui, je sais, pour beaucoup, c’est de l’affabulation. Mais les humains qui s’ouvrent aux autres dimensions sont plus nombreux que ce que l’on croit ! Nous ne sommes pas les seuls habitants de la terre. Et dans les dimensions éthérées, tout pleins de peuples coexistent... Il n’y a jamais de fumée sans feu, nous dit le bon sens populaire, alors les légendes et comtes prennent bien leur source quelque part ! Non ?

Communiquer avec le vivant, c’est aussi communiquer avec tout ce qui est ! Je m’étonnais donc, de cette capacité à ne pas se sentir aimé en permanence et c’est là que mon ami est intervenu. En quelques mots, il m’expliqua alors :


C’est du fait que tu as une conscience. Quand tu es dans l’espace individualisé de ta conscience, tu as du mal à concevoir que tu es autre chose que ce sur quoi ta conscience se fixe. L’aspect individualisé fait que tu crois être que ce que ta conscience croit être. L’amour que tu reçois est conditionné par ce que tu crois être, ta vision limité.


Donc, autrement dit, ma conscience fait que je vais fluctuer en permanence, selon mes propres jugements, entre je suis ceci ou cela et exclure le reste.


Si tu crois être ceci ou cela, ta capacité à recevoir l’amour qui est tout autour de toi et qui est dispensé par la vie sera restreint à ce que tu crois être. Quand tu t’identifie à tout ce qui est, tu peux alors recevoir plus. Les empathiques comme toi peuvent jouer le jeu de l’individualisation et perdre de vue qu’ils sont tout ce qui est, mais la notion du Nous, du Tout est tellement gravée en eux, qu’ils peuvent très vite par la beauté de ce qui les entourent, se reconnecter à l’amour universel.


En bref ! L’amour est là, pour nous, à disposition. Mais nos états d’esprits feront que nous ouvrirons les portes ou pas.

Je vous invite à faire un jour une marche consciente. A respirer et regarder la vie autour de vous et choisir consciemment de recevoir tout l’amour qu’il y a autour de vous.


Le bruit des feuilles est doux à votre oreille ? C’est de l’amour !

Vos yeux sont ravis par ce que vous voyez ? C’est de l’amour !

Un chant d’oiseaux vous émeut ? C’est de l’amour !

Une personne que vous ne connaissez pas vous sourit ? C’est de l’amour.


Prenez tout ! Non pas comme des égoïstes qui collectionnent des moments, car rien ne peut être gardé. Mais juste comme des amoureux de la vie qui se nourrissent d’un amour bien mérité, et qui ont envie par leur sourire retrouvé, d’en faire profiter les autres... par amour !


Une question naissait dans mon esprit. J’avais entendu dire que plus les humains oubliaient le petit peuple, les esprits de la nature, plus ils disparaissaient. J’avais envie d’avoir l’avis de mon ami.


C’est pas tout à fait ça ! Disons que vous les humains mettaient beaucoup de barrières entre vous et nous. Par vos pensées vous élevez des barrière qui rendent plus difficile notre travail.


Ce que je comprenais alors, c’est qu’effectivement, par le pouvoir de notre pensée, en mettant des barrières et en niant les autres peuples collectivement, on arrivait à créer de vrais barrières énergétiques qui ne facilitaient pas le travail des peuples éthérés et qui même nous éloignaient d’eux.


Alors, oui, je crois en la magie des fées, des esprits de la nature et je n’ai pas envie d’éloigner de moi, la possibilité d’être enseignée par eux. Je vous renvois au jardin de Pérélandra que beaucoup connaissent aujourd’hui et au travail qui est fait dans ce jardin, en co-création avec les esprits de la nature.... Gardez vos rêve d’enfant au chaud, ils ont le mérite d’être souvent plus réels que ce que l’on nome la réalité !

Evelyne. C

https://www.evelynecavalleroenergie https://www.divineco.blogspot.com

3 vues